Ressources
Quelles sont les conséquences de l'élargissement sur l'agriculture ?
[ Lire ]
 
L'Europe
La carte grise européenne
L'harmonisation au plan européen des titres et documents administratifs, se poursuit avec le remplacement, à compter du 1er juin 2004, de l'actuelle carte grise, par un certificat d'immatriculation européen.
[ Lire ]
 
Les Européens
Le Royaume-Uni
Le système politique britannique est un régime parlementaire, organisé autour du Parlement qui légitime ainsi le pouvoir du Premier ministre.
[ Lire ]
 
La République tchèqueLa République tchèque

[ le 24 mars 2006 ]
-  Capitale : Prague
-  Superficie : 78 880 km²
-  Population : 10 300 000 habitants, dont Tchèques (90,4 %) Moldaves (3,7%), Slovaques (1,9%), Polonais, Allemands
-  Langue officielle : tchèque
-  Monnaie : couronne tchèque 1 e = 31,387 couronnes tchèques (14/02/2003)

Données politiques

Démocratie parlementaire. Les députés sont élus pour quatre ans au suffrage universel direct. Le Président de la République est élu pour cinq ans par le Parlement, composé de deux Chambres.

Composition du gouvernement de la République tchèque (sur le site du ministère des Affaires étrangères)

La République tchèque en vidéo

Les chauffeurs personnels à louer en République Tchèque - 96 octets

Les chauffeurs personnels à louer en République Tchèque

(RealAudio, 96 octets)

Les Tchèques apprécient le cinéma français - 66 octets

Les Tchèques apprécient le cinéma français

(RealAudio, 66 octets)

Les cours de danse et de bals en République Tchèque - 96 octets

Les cours de danse et de bals en République Tchèque

(RealAudio, 96 octets)

L'opéra des enfants de Prague - 96 octets

L'opéra des enfants de Prague

(RealAudio, 96 octets)

Une radio multilingue en République Tchèque - 88 octets

Une radio multilingue en République Tchèque

(RealAudio, 88 octets)

La République tchèque dans le processus d'élargissement

"Aurons-nous vraiment notre mot à dire dans les prises de décisions de Bruxelles ? Certes, notre parole ne comptera pas autant que celle de la France ou de l'Allemagne, mais elle se fera entendre. Pour nous, c'est le temps du rattrapage qui commence, aussi bien sur le plan matériel que sur celui du droit." Editorial du journal Mladà fronta dnes (Le Front de la Jeunesse Aujourd'hui ) en date du 13 décembre 2002.

La République tchèque a déposé sa candidature à l'entrée dans l'Union en janvier 1996. Les négociations ont été ouvertes en 1998. Dans son dernier rapport concernant les progrès réalisés sur la voie de l'adhésion publié en octobre 2002, la Commission européenne souligne la consolidation de la démocratie tchèque, dont la stabilité garantit la primauté du droit, les droits de l'homme, le respect des minorités et leur protection. La Commission remarque que le gouvernement a pris de nouvelles mesures pour améliorer le fonctionnement de l'administration centrale et régionale, et constate que le dispositif juridique et organisationnel de lutte contre la corruption et le crime économique a également été renforcé.

Si le rythme des réformes est maintenu, l'économie de marché tchèque devrait pouvoir affronter la pression de la concurrence au sein de l'Union, mais des améliorations peuvent être apportées à la gestion des finances publiques.

Données économiques en 2001

PIB (estimation 2005) : 2 907 milliards CZK, soit 97,6 milliards d'euros (Source : Ministère tchèque des finances, www.mfcr.cz)
PIB par habitant (2004)
-  en prix courants : 9 569 euros (Source : Ministère tchèque des finances)
-  en parité de pouvoir d'achat : 18 800 USD (France : 29 000 USD) (Source : OCDE)
Taux de croissance du PIB (estimation 2005) : + 4,8 % (Source : Ministère tchèque des finances)
Taux de chômage (2005) : 9,8 % (Source : Office tchèque des statistiques, www.czso.cz)
Taux d'inflation (2004) : 2,8 % ; estimation 2005 : 1,9 % (Source : Ministère tchèque des finances)
Déficit budgétaire (2004) : 3 % ; estimation 2005 : 2,8 % (Source : Eurostat)
Balance commerciale (2004) : - 839 millions d'euros ; 2005 : + 1526 millions d'euros
Principaux clients (2004) : Allemagne, Slovaquie, Autriche, Pologne, Royaume-Uni, France, Italie, Pays-Bas ; 2005 : Allemagne (33,5 %), Slovaquie (8,6 %), Autriche (5,5 %), Pologne (5,4 %), France (5,3 %), Royaume-Uni (4,7 %), Italie (4,2 %), Pays-Bas (4 %) (Source : Office tchèque des statistiques)
Principaux fournisseurs (2004) : Allemagne, Slovaquie, Italie, Chine, Pologne, France, Russie, Autriche ; 2005 : Allemagne (30,1 %), Russie (5,6 %), Slovaquie (5,4 %), Chine (5,1 %), Pologne (4,9 %), Italie (4,8 %), France (4,5 %), Pays-Bas (4 %), Autriche (4 %) (Source : Office tchèque des statistiques)
Part des principaux secteurs d'activités dans le PIB :
-  agriculture : 3,7 % ; 5 % de la population active
-  industrie : 41,8 % ; 40 % de la population active
-  services : 54,5 % ; 55 % de la population active

Les atouts économiques

Après la récession des années 1997 et 1998 et grâce aux efforts entrepris en matière de restructuration du secteur bancaire, la République tchèque a renoué avec une croissance soutenue depuis 2003 (2,9%, puis 4,4 % en 2004 et 4,8 % estimés pour 2005), tirée principalement par les exportations puis relayée par l'investissement grâce à un flux important d'investissements directs étrangers.

Le déficit public, qui atteignait 5,6 % du PIB en 2003, constitue la principale faiblesse de l'économie tchèque même s'il s'élève à seulement 3 % en 2004 (et 2,8 % estimés pour 2005). Il est la conséquence principalement d'une forte augmentation des dépenses liées au système de protection sociale, en particulier d'une augmentation du chômage (9,8 % en 2005).

Depuis 1999, la République tchèque bénéficie de flux élevés d'investissements directs étrangers, qui lui permet de couvrir son déficit courant. Ainsi, en 2002, les flux d'IDE entrants(13,4 % du PIB dont 41 % liés aux privatisations) ont suffi à couvrir le déficit courant (6,4 % du PIB). En revanche, depuis 2003, en l'absence de privatisation majeure, les flux de capitaux étrangers décroissent (1,8 milliards d'euros en 2003, contre 9 milliards en 2002 et 3,6 milliards en 2004) et couvrent le déficit courant beaucoup moins largement que les années précédentes.

A terme, la progression des dépenses obligatoires (dont le montant total représente environ 45 % du PIB, ce qui est très élevé en comparaison des autres pays de l'OCDE et des autres PECO) pourrait devenir insoutenable. Selon certains analystes, le niveau de la dette publique pourrait doubler d'ici 2010 en l'absence de réformes du système de retraite et de santé.

Le Gouvernement a pris conscience de l'urgence d'entreprendre des réformes structurelles (réforme fiscale, réforme du système de retraite et de sécurité sociale). Son objectif affiché consiste à stabiliser le déficit public à 4 % du PIB à l'horizon 2006 par le biais d'une hausse des taxes et de mesures d'économie dans les secteurs social (indexation des retraites sur l'inflation et non sur les salaires, baisse des indemnités pour congés maladie ...) et administratif (réduction des emplois dans le secteur public, modération salariale).

Les atouts culturels

La République tchèque bénéficie, sur le plan culturel, du rayonnement de Prague, la "capitale magique d'Europe", selon les propres termes d'André Breton. La ville phare de la république ne doit pas, pour autant, masquer la richesse architecturale que recèle l'ensemble du pays. La patrie de Kafka est la terre d'accueil traditionnelle des musiciens puisque Mozart, Beethoven, Liszt ou encore Mahler y ont séjourné et y ont été célébrés. Par ailleurs, des musiciens tchèques tels que Smetana, Dvoràk, Janàcek et Martinu sont connus dans le monde entier. Cette tradition se trouve aujourd'hui perpétuée par le Festival international de musique de Prague : "le Printemps de Prague". De grands écrivains contemporains sont tchèques, à l'image de Milan Kundera.

Chateaubriand, qui laissa dans les Mémoires d'outre-tombe quelques pages inspirées par la capitale tchèque, comptant parmi les plus belles de cet ouvrage, témoigne d'une présence culturelle française historique dans ce pays. Mais Prague n'inspire pas que les Français, puisque 10 millions de visiteurs y séjournent chaque année.

La gastronomie témoigne d'une riche tradition culinaire, sans oublier les célèbres bières tchèques telles que la Pilsener et la Budweiser. Enfin, le Grand Prix moto de Brno, de même que les succès des équipes nationales de football et de hockey comptent parmi les fiertés sportives du pays.

La figure de la dissidence : Václav Havel

Signataire illustre de la fameuse « Charte des 77 », Václav Havel conduit la dissidence au sein de la Tchécoslovaquie jusqu'à son complet détachement du bloc soviétique. Cette période se caractérise, notamment, par une opposition grandissante à l'influence de l'URSS, qui débouchera sur la "Révolution de velours" de 1989. Par la suite, le célèbre écrivain, europhile convaincu, sera élu Président de la Tchécoslovaquie le 29 décembre 1989, puis de la nouvelle République tchèque jusqu'au 28 février 2003.

Historique en bref

La République tchèque est issue de la partition de la République fédérale de Tchécoslovaquie le 1er janvier 1993. La Tchécoslovaquie résultait elle-même de l'éclatement de l'Empire austro-hongrois au lendemain de la Première Guerre mondiale.

En 1526, les Habsbourg accèdent au pouvoir en Bohême. Ils tentent, au XVIIe siècle, d'étouffer le protestantisme et réussissent, à la suite de la guerre de Trente Ans, à ancrer le royaume de Bohême dans le cercle des puissances catholiques européennes.

Le XIXe siècle incarne le renouveau national tchèque, qui trouvera son point d'orgue dans le courant révolutionnaire de 1848, réprimé par les Habsbourg.

Comptant parmi les pays pionniers de la révolution industrielle dès le milieu du XIXe siècle, la Tchécoslovaquie fut victime de l'expansionnisme hitlérien à la suite des accords de Munich en 1938, puis rattachée brutalement au bloc soviétique, après le "coup de Prague" de 1948. Les aspirations au pluripartisme, revendiqué en 1968 au moment du "Printemps de Prague", sont brutalement réprimées. La Tchécoslovaquie retrouve sa pleine indépendance en 1989 avant de s'engager dans une partition à l'amiable, avec la Slovaquie, qui donne naissance à la République tchèque.


La République tchèque sur internet

-  www.czech.cz
-  www.visitczechia.cz
-  Ambassade de France en République tchèque

En savoir plus sur la République tchèque  :

-  Le régime tchèque de sécurité sociale, sur le site du Centre des Liaisons Européennes et Internationales de Sécurité Sociale
-  Le rapport du projet Dignité humaine et exclusion sociale (Projet HDSE) sur la République tchèque, sur le site du Conseil de l'Europe.


République tchèque : un nouveau marché, document de la Direction des Relations Economiques Extérieures
Taille : 68.9 ko
Format : PDF
Télécharger